Connectez-vous S'inscrire
Ligue Française contre l'Epilepsie - LFCE


La Ligue Française contre l'Epilepsie

est le chapitre français de International Ligue Against Epilepsy (ILAE). Elle est ouverte à tous les professionnels (médecins, professions paramédicales et sociales), qui ont choisi de consacrer leur savoir et leur énergie au service des patients épileptiques.
















              

VALPROATE chez les femmes en âge de procréer





Suite à la publication de l’IGAS, rappel du Communiqué de Presse de la LFCE au 1er juin


La publication récente d’un point d’information de l’ANSM « Renforcement des conditions de prescription et de délivrance des spécialités à base de valproate et dérivés du fait des risques liés à leur utilisation pendant la grossesse » a suscité une forte émotion cette semaine, parmi les patientes traitées par ce médicament antiépileptique.
 
La LFCE confirme les alertes importantes sur l’utilisation du valproate chez les filles, les adolescentes, et les femmes en âge de procréer. Les risques potentiels du valproate ont été rappelés aux prescripteurs par un courrier de l’ANSM (Cliquez ICI).
 
Il y a plus de dix ans que les médecins spécialistes de l’épilepsie préviennent les patientes de ces risques, mais seulement 5% des patients traités pour une épilepsie voient un spécialiste de leur maladie dans l’année (Données EGB 2014). Comme le souligne le communiqué de l’ANSM, le valproate est un médicament utile et parfois le seul médicament efficace dans certaines formes d’épilepsie. La LFCE rappelle qu’un arrêt intempestif de ce traitement augmente le risque de récidive de crises parfois traumatisantes, voire mortelles. Tout arrêt de médicament antiépileptique doit se faire de façon lente et contrôlée après avoir exposé les risques d’un tel arrêt à la patiente.
 
Il est important de rappeler que toute prescription, toute modification ou tout arrêt d’un antiépileptique doit être encadrée de manière spécialisée dès l’annonce diagnostique, surtout chez une femme en âge de procréer,  désireuse ou non d’une grossesse.
 
La LFCE rappelle que l’ANSM exige maintenant : « une prescription initiale annuelle du valproate réservée aux spécialistes en neurologie, psychiatrie et ou pédiatrie, selon l’indication. Le renouvellement annuel peut être effectué par tout médecin, dans la limite d’un an, au terme duquel une réévaluation du traitement par le spécialiste est requise » (ansm.sante.fr)
 
La LFCE tient à rappeler que l’épilepsie est une maladie neurologique fréquente (1,1% de la population Française (Donnée EGB 2014)) qui doit être diagnostiquée et encadrée de façon spécialisée, par un neurologue ou un neuropédiatre. Depuis plusieurs années, la LFCE a alerté les pouvoirs publics sur l’absence d’organisation nationale de la prise en charge des patients souffrant d’épilepsie, faute de plan de santé structuré, de parcours de soin bien défini, et de spécialistes référents dans chaque région. Le diagnostic d’épilepsie n’est pas suffisamment suivi d’une prise en charge médicale, sociale, et parfois chirurgicale, adaptée, incluant les informations que tout patient ou aidant doit connaître, sur sa maladie et son traitement..
 
Cette alerte sur le valproate met en lumière la nécessité de mettre en place un vrai plan de santé sur une maladie lourde de conséquences. 

Informations sur le site ANSM

valproate_formulaire_accord_de_soins_26_05_2015_1_.pdf Valproate_Formulaire-Accord-de-soins_26-05-2015[1].pdf  (462.73 Ko)
valproate_brochure_patiente_26_05_2015_1_.pdf Valproate_Brochure-Patiente_26-05-2015[1].pdf  (1.33 Mo)
valproate_guide_medecins_prescripteurs_26_05_2015_1_.pdf Valproate_Guide-Medecins-Prescripteurs_26-05-2015[1].pdf  (1.81 Mo)


modifié le 24/02/2016 | Lu 774 fois modifié le 24/02/2016


LFCE | SUDEP | Autres